«Ayoye, t’es vraiment bonne, deux enfants aussi rapprochés!» «Deux enfants en bas de deux ans? Tu fais comment?» Ce sont des questions que j’entends quand même souvent et on me l’a posé à nouveau quand je vous ai demandé ce que vous aimeriez avoir comme article sur le blogue.

La vérité, c’est que j’ai toujours voulu des enfants jeunes et des enfants rapprochés. C’était une évidence pour moi. Mes parents nous ont eu mes frères et moi à 21, 23 et 25 ans. Il y a donc 20 mois d’écart entre mon grand frère et moi et 2 ans 5 mois entre mon petit frère et moi. À 25 ans, ma mère avait 3 enfants! Quand j’y pense, ça m’impressionne. J’ai toujours aimé que l’on soit tous proches en âge et aussi que nos parents soient aussi jeunes. Nous avons toujours été très actifs et fait beaucoup d’activités avec eux, donc j’avais envie de reproduire ça pour ma famille. C’est encore tellement le fun aujourd’hui qu’ils soient grands-parents à 50 ans et de dire qu’ils pourront jouer avec eux encore longtemps!

Donc pour revenir à la question principale : c’est comment avoir des enfants rapprochés? Je dirais que c’est aussi plaisant que challengeant. Je suis le genre de personne qui aime débuter des projets, mais surtout voir la ligne d’arrivée, comme motivation, disons. Dans ce cas-ci, y’a pas nécessairement de «fin» à proprement dit, mais ça se transpose pour moi en me disant: je fais tous mes enfants d’un coup, rapprochés, je serai dans le jus quelques années, mais une fois que ce sera fait, on pourra tous ensemble profiter d’activités auxquelles tout le monde peut participer. On aimerait en avoir un autre. Je serais heureuse avec une famille de 3 enfants. Des fois on se dit 4, à suivre… Roby et Laurier commencent à jouer ensemble, c’est si beau de les voir. Dans quelques mois, ce seront les meilleurs amis du monde (je l’espère!). Bref, beaucoup de positif à ce niveau, de les avoir rapprochés crée un beau lien, on est déjà dans le bain, ce n’est pas compliqué, on est habitués.

Je ne vous cacherai pas qu’il y a les moments plus difficiles quand on réalise avec certaines situations qu’on a bel et bien deux bébés, même si on pense que Roby est un grand garçon. Il y a plusieurs choses qu’il ne peut pas encore faire seul, il porte encore des couches, on vient tout juste de lui enlever le biberon. Disons que ce n’est pas reposant, mais c’est beaucoup d’amour!

Si vous voulez mon avis, l’organisation c’est la clé! Dès qu’on a tout avec nous pour éviter les pleurs, les crises, qu’on a des vêtements de rechange, des collations, du lait, et des jouets, on est en business pour un petit bout.

Lâchez-pas les mères! Je vous promets que ça a l’air pire que c’est!   😉

 

Photo de couverture par Mari Photographe