«Me semble que je prendrais une pause d’être maman». Vous êtes-vous déjà dit ça?

Les derniers jours ont été très demandant avec les garçons. Surtout pour Laurier et les dodos, c’est quelque chose! Il a vraiment du mal à dormir seul, tout simplement. Ça lui prend soit son Snuggle me, la présence de quelqu’un ou là récemment, du bruit! Comme je vous ai déjà dit sur Instagram, c’est un bébé qui chigne quand même beaucoup, ou du moins, plus que Roby. J’ai vu mon amie Alexe parler du baby shusher et ensuite Steph parler des white noise et je me suis dit que j’allais essayer ça. MAGIE! Ça fonctionne à merveille, c’est incroyable, il est apaisé instantanément. Par contre, je me suis rendu compte que c’est un couteau à double tranchant… Ça l’apaise, mais dès qu’il ne l’a pas c’est la crise! Les dernières nuits ont donc été très très très difficiles. Il pleurait toutes les demies-heures!!!! Il était pourtant allaité, changé, dans son snuggle me. Il ne voulait pas qu’on le colle. Bref, la grosse crise. La musique l’apaisait, mais je n’avais pas de machine pour les bébés donc il dormait avec mon cellulaire, assez l’enfer ein. Donc au beau milieu de la nuit, j’ai commandé sur amazon une petite machine qui fait des white noise, en espérant que ça règle mes soucis. Et 2 mins après, c’est Roby qui se réveillait pour nous rejoindre. Ouf… À ce moment, complètement épuisée et impuissante face aux maux de mes petits amours, je me suis dit : me semble que je prendrais une pause d’être maman, juste le temps de me reposer un peu et reprendre le dessus parce que là, mes réservoirs de patience et d’énergie son à sec. Et je me suis endormie sur cette pensée.

Je me suis réveillé le coeur gros et les yeux bouffis, mal de cette pensée sur laquelle je m’étais endormie. Surtout parce qu’évidemment, je ne changerais ma vie de maman pour rien au monde et je ne peux pas m’imaginer sans mes enfants. J’ai du mal à croire que j’ai eu une vie sans être maman avant. C’est tellement naturel, plaisant et sain pour moi je trouve. Et je ne suis pas du tout de ces mères qui se disent à boute de toute toujours et qui ont besoin ABSOLUMENT d’un verre de vin le jeudi. J’en prends un verre le jeudi. Mais pour le plaisir, pas pour oublier ma vie. Bref, je me suis réveillée ce matin-là avec mon grand garçon collé et je suis allée chercher mon autre croquette pour l’allaiter dans le lit. Le grand sourire qu’il m’a fait en me voyant arriver. Ça efface toutes les peines, les insomnies, les pleurs. On recommence à zéro.

Ce texte est simplement pour remettre les choses en perspective. Des mères parfaites ça n’existe pas, des enfants parfaits non plus et c’est ça qui fait qu’on a tous une belle vie familiale mouvementée et parsemée de défis. C’est ça qui fait qu’on devient de meilleurs parents au quotidien. Et ce sont ces microsecondes de moments qu’on se dit «me semble que je prendrais une pause d’être maman» qui nous remettent les pieds sur terre, les priorités à la bonne place et qui font qu’on repart en se disant que ça peut juste aller mieux.

Parce que comme dit une petite quote que j’ai trouvée ce matin sur le compte de mon amie Émilie, bad moments don’t make bad moms. Souvenez-vous en quand les moments difficiles vous prennent. <3