J’ai récemment débuté la lecture du livre d’Élisabeth Simard, «Vivre simplement : Sortir du chaos moderne et s’offrir une vie plus douce », et cela a ravivé des conflits intérieurs qui m’habitent depuis déjà un moment.

Lorsqu’on devient enceinte, on se fait assaillir par toutes sortes de conseils, d’impressions de « nécessité » et d’objets. Comme elle l’explique si bien, se préparer, se procurer tout le matériel dit essentiel à l’arrivée d’un bébé nous permet de nous sentir davantage en confiance devant l’inconnu. Pourtant, l’enfant n’a nul besoin de tout cela. Devant toute cette abondance, il devient important de s’arrêter, de se questionner sur nos valeurs, sur ce que l’on souhaite donner et inculquer à nos enfants. Ensuite, il faut le maintenir dans le temps et là est ma difficulté.

Je rechute.

J’épure. Puis, je rachète parce que j’ai soudainement l’impression, l’impulsion « d’avoir besoin ».

J’éloigne mon cellulaire et je joue tranquillement avec ma fille. Puis, je reste connectée pendant une heure à faire défiler mon feed instagram, parce que j’ai la fameuse « fear of missing out ».

Ce livre me donne envie de recommencer. De repenser. De désencombrer. De refuser. De choisir. D’instaurer la tranquillité dans ma maison. Bien qu’elle soit pleine d’amour et de douceur depuis l’arrivée de ma fille, celle-ci est présentement remplie de « trop ». Trop d’objets, de vêtements, de jouets, d’écrans. J’ai envie de simplicité et de silence. Surtout de faire perdurer cette simplicité.

Je souhaite que ma maternité, que ma vie de parent soit belle et simple. Je n’ai pas envie de tomber dans le cliché de la mère à bout et qui est toujours pressée. Certes, il y a des journées plus difficiles que d’autres, mais je crois que « même » celles-là doivent être belles. De façon générale ma fille est un enfant calme, nous le sommes également et je veux que cela continu ainsi. Je veux qu’elle joue dans la simplicité, dans le moment présent avec peu de jouets et des parents qui tenteront de maintenir un équilibre qui leur convient entre le travail et la vie familiale.

Ce livre me permet de me rappeler que tout cela est possible. Que ce n’est pas hors de portée. Qu’il faut « seulement » arriver à faire les changements qui nous conviennent et qui ont du sens pour nous afin d’être bien dans notre vie. Puisque c’est la nôtre.

 

Crédit photo de couverture